Tentative d’écrire le spectacle vivant.

Cette réflexion fait suite à une tentative d’écrire sur le travail accompli avec une compagnie autour du collectage. Tentative toujours d’actualité.

Il est important de dire qu’écrire ce que j’écris ou veut écrire n’est pas aisé car l’essence même du spectacle vivant est qu’il est vivant et que le vivant n’est pas facile à transcrire par l’écriture. Le spectacle vivant tient sa magie dans le fait même d’être vivant, à savoir, impalpable, indéfinissable et transparent. Il est une sensation, une émotion, un état d’être qui se déroule entre celui qui donne, l’artiste, et celui qui reçoit, le spectateur. C’est un dialogue muet, de cœur à cœur, d’esprit à esprit qui se niche dans l’intimité et la profondeur du ressenti. C’est un défi, une aventure et peut être quelque d’impossible de vouloir transmettre cet espace poétique libre et éphémère qu’est le spectacle.

J’ai tenté d’inscrire le collectage oral dans une écriture, de retracer la mémoire de ces collectes, à travers un langage écrit, mais ce n’est pas une tâche aisée.

Je cherche donc encore le chemin pour retranscrire ces paroles orales au delà du spectacle et leur donner vie en dehors du canal de ma voix et de mon corps.

Ci joint : Le joli travail de Carolina Kondratiuk autour du concept de transcréation lors du passage de l’oral à l’écrit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :